Domaine d'Appérault (branche cadette d'Offémont)

Domaines de Meaux et de Melun
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le maître d'armes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SanAntonio d'Appérault
Châtelain
avatar

Nombre de messages : 1064
Localisation : Meaux
Date d'inscription : 08/11/2005

Feuille de personnage
Rôle meldois: Seigneur Châtelain
Age: 56

MessageSujet: Le maître d'armes   Mar 2 Sep - 1:09

[ Mercredi, Jour des Calendes de Septembre, l'an de grâce MCDLVI ]

Tôt, ce matin là, il était debout, dans la cour. Il s'était levé tôt, bien avant l'aurore. Il avait prit un copieux petit déjeuner, et il avait été prié, longuement, dans la chapelle. Aujourd'hui, il allait prendre un premier cour à l'épée. Enfin, quelques passes histoires de se dégourdir les muscles, un peu. Le soleil n'était pas encore totalement levé. Prime n'avait pas encore sonné. Cristol s'était déjà levé, lui aussi. Revenu au service du châtelain, pour finir son apprentissage, il l'avait équipé pour le combat du matin. Il ne s'agissait que d'un entraînement. Il avait donc une simple cotte de maille, relativement légère, juste assez pour parer les coup. Il s'était muni d'une épée émoussée. Et il était donc, un surcot arborrant ses couleurs, prêt à commencer. Cristol était reparti, il reviendrait sans doute vite pour observer tout cela. Il ne manquait guère qu'Adémar. Le capitaine saurait vite d'habituer à l'épée, Adémar aurait un avantage sur le physique, qu'il compenserait par la technique et, il fallait l'espérer, encore suffisamment de force dans les bras. Le château dormait encore. Quoi que. Les cuisines s'affairaient déjà. Et Gautier, déjà, était sur le palier du logis, tenant compagnie au vicomte. Tous deux parlaient de banalités sur la vie de l'hôtel, pour sa partie civile du moins. Il ne manquait que l'arrivée d'Adémar pour un début d'entrainement prévu au lever du jour. Lorsque prime sonnerait, ils commenceraient. Le jour étant à cette heure là encore assez faible, des torches avaient été placées dans la cour pour éclairer les combattants. Se battre à la fraîche, échanger quelques passes à l'épée, avant d'aller prendre un bon bain et entamer la journée, voilà un programme qui semblait sympathique. Et puis, prendre Adémar au levé, peut être que cela lui donnerait un petit avantage. Il n'y croyait guère mais il se rassurait comme il pouvait, car il n'avait pas la même forme que son capitaine...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://inapperaultspero.forumactif.com
Adémar
Officier
avatar

Nombre de messages : 27
Localisation : Meaux
Date d'inscription : 15/05/2008

Feuille de personnage
Rôle meldois: Capitaine de l’Hôtel
Age: 28

MessageSujet: Re: Le maître d'armes   Mar 2 Sep - 19:49

Adémar ouvrit un œil, des bribes de conversation s’échappant de la salle des gardes l’avaient tiré du sommeil. Chaque matin, avant l’aube, la garde effectuait la relève. Salutations, échanges bougons ou enjoués, transmission d’ordres, les soldats se montraient rarement discrets ; le capitaine savait ainsi qu’il était l’heure de se lever. Il traînait parfois au lit quand il était en bonne compagnie, mais là non, il n’avait pas souvenir d’avoir été réveillé par des pieds froids cette nuit. D’ailleurs il valait mieux pour lui de ne pas être retenu sous les draps par la douceur d’un corps, car ce jour était un jour particulier. Il était hors de question d’être en retard, le vicomte avait décidé de refaire de l’exercice. Vaste programme.

Il fit une toilette rapide à l’eau froide et enfila des vêtements légers, une simple tunique de cuir paracheva sa mise. Pour son retour aux armes, le vicomte avait décidé, en accord avec son maître d’armes improvisé, d’utiliser des épées aux tranchants grossiers ; nul besoin donc de lourdes protections. La capitaine se fraya un chemin jusqu’aux cuisines, il n’avait pas coutume de combattre le ventre vide – sauf en campagne quand les vivres se faisaient rares. Il prit ensuite la direction de la caserne, pour y récupérer son tranchoir, avant de gagner la basse cour. Le vicomte l’y attendait en compagnie de Gautier. Les chuchotements des deux hommes étaient couverts par le crépitement des torches qui projetaient des ombres dansantes sur les murs de l’hôtel. Déjà l’aurore menaçait de mettre fin à ce ballet matinal. Adémar était juste à l’heure.

Après quelques pas il distingua mieux la tenue de son adversaire. Il fut surpris par le tableau, car le vicomte, bien que peu habitué aux ornements extravagants, veillait toujours à porter des atours élégants. La sobriété de la tenue de guerrier changeait complètement l’homme, qui semblait avoir rajeuni de dix ans. Un signe tête à Gautier puis Adémar s’adressa au vicomte.


Mon seigneur, vous avez l’air en forme. La matinée promet d’être intéressante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SanAntonio d'Appérault
Châtelain
avatar

Nombre de messages : 1064
Localisation : Meaux
Date d'inscription : 08/11/2005

Feuille de personnage
Rôle meldois: Seigneur Châtelain
Age: 56

MessageSujet: Re: Le maître d'armes   Mar 2 Sep - 20:58

Des bruits de pas. Il regarda dans la direction indiquée par les bruits et vit approcher le capitaine. Et pas en retard, c'était mieux pour commencer l'entraînement. Il observa sa tenue, et remarqua qu'il serait seul à porter un semblant d'armure : une vieille habitude de chevalier. Et puis, il ne s'agissait que d'échanger quelques passes d'armes, pas de s'entretuer. Mais, cela donnait une bonne indication. L'adversaire pourrait se déplacer facilement, il faudrait en tenir compte. Car, s'il ne s'agissait que d'une reprise, il s'agissait aussi de ne pas être trop ridicule. Ca le ferait mal, devant ses gens. Il avait pour devoir de les protéger, il devait pouvoir le montrer. Enfin, il balaya ces pensées. Après tout, il se remettait en forme, rien de plus. Il avait passé l'âge de concourir. Adémar fut alors devant lui, et le salua.

- Bonjour, Adémar. Espérons-le oui. Prêt pour un petit entraînement ? C'est un beau jour pour mourir. Enfin, pour aujourd'hui, quelques bleus seront bien suffisants.

Alors, lentement il tira l'épée qu'il allait utiliser. Car, plus par habitude qu'autre chose, et bien qu'elle soit émoussée, il la portait au côté. Il la leva, et observa la lame. Elle irait bien pour ce matin et pour l'utilisation qu'il en ferait. Alors, s'éloignant du logis, et tandis que vêpres avait sonné, il se mit en attente, épée levée, prêt à commencer le combat. Ainsi placé, il pourrait parer facilement si le capitaine ne lançait une première attaque, ou bien attaquer lui même, s'il patientait un peu trop.

- Et pas besoin de considérer cela comme un véritable combat, je dois d'abord reprendre quelques habitudes. Allez.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://inapperaultspero.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le maître d'armes   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le maître d'armes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les armes modernes
» L'ouverture de la salle d'armes
» les armes absolues...
» Le Choix des Armes pour un débutant......
» Choix des armes Battle : Les Cavaliers de Naggarond

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Domaine d'Appérault (branche cadette d'Offémont) :: Vicomté de Meaux :: Le château de Brie :: La basse cour-
Sauter vers: